AVEC UN MOOC ON PEUT TROUVER UN JOB !

J’ai découvert le MOOC par hasard il y a 2 ans grâce au magazine Challenge qui consacrait sa couverture à Cécile Dejoux, la papesse française du Mooc.

Depuis je suis accro à ces Massive Online Open Court  (cours en ligne ouverts à tous).

Des cours gratuits dispensés par de grandes écoles : le CNAM, CENTRALE, LES MINES, LES GOBELINS, mais aussi par des universités et des écoles moins connues.

Pour nous en Martinique c’est une vraie opportunité de découvrir ou rafraichir ses connaissances sans quitter son hamac !

J’ai donc suivi  entre autres : «  Du Manager au Leader », «  Le Transmédia Storytelling », «  Le Codage informatique », «  La Conversation Anglaise », «  La Gestion de crise »,…

Le principe :

On choisi son cours sur les différentes plate formes.

Celle de FUN université est très riche.

On s’inscrit à l’avance. La plupart des cours sont fermés quand ils débutent.

Dans l’idéal, on suit les cours au fur et à mesure qu’ils sont mis en ligne.

Trop de décalage nuit aux évaluations et aux discussions en ligne.

On valide ses acquis. Certains exercices sont corrigés par des pairs.

Les avantages :

 

C’est gratuit : et jusqu’à présent mon e-mail n’a pas été « vendu ».

Certains Moocs demandent quelques dizaines d’euros pour une certification officielle à la fin des cours. (Je ne vois pas l’intérêt car ce n’est pas un diplôme reconnu et rien n’empêche de spécifier dans son C.V. qu’on a suivi ce Mooc).

Certain profs proposent bien sûr leurs livres.

C’est ouvert :

La  communauté d’un  même Mooc est très large :

 De la femme au foyer au chef d’entreprise, en passant par l’étudiant, le retraité,…

Il n’y a pas de frontières (certains cours sont disponibles en plusieurs langues).

Chacun peut échanger avec les autres par le blog et le Hang out (Skype en direct chaque semaine, mais aussi revisionnable).

 

C’est vivant : bcp d’interviews de professionnels viennent illustrer les propos académiques.

 

C’est libre : on n’est pas obligé de suivre les cours semaine par semaine, on peut revenir en arrière, passer à la semaine 3 sans avoir suivi la semaine 2.

Tout faire en 5h ou étaler son travail sur 1 mois.

 

En conclusion :

Tous les Moocs ne valent pas. Mais la plupart sont de très grande qualité.

Beaucoup dépendent  du prof, de son charisme, mais aussi des moyens techniques utilisés.

 

Aujourd’hui il est indispensable d’élargir son champ de connaissances pour répondre au mieux aux opportunités professionnelles.

Mais au delà, c’est un vrai plaisir de découvrir des univers qui nous semblaient inaccessibles une fois nos études terminées.

Ou même avant de les commencer !

Grace aux Moocs toutes ces barrières sautent.

C’est une vraie révolution dans le domaine de la formation.

 

 

 

 

 

  • Créé le .